Le confinement n’empêche pas les incivilités

Pendant le confinement Marzia a, comme de nombreux Meylanais, constaté le triste spectacle dû aux incivilités dans les rues de Meylan…

Qu’est-ce qu’une incivilité ?

Une incivilité ou manque de civilité traduit un comportement contraire aux règles de la vie en société. Vitres brisées, tags, dégradations diverses, emballages abandonnés, mais aussi troubles de voisinage, agressivité ou simple impolitesse constituent quelques-unes de ces transgressions des codes sociaux aujourd’hui appelées incivilités.

C’est un criminologue, Sebastian Roché, qui a introduit et largement diffusé en France la notion d’incivilité :
« Il se produit quelque chose dans nos sociétés prospères et démocratiques. Une chose à laquelle on ne prête que marginalement attention. Il se passe que les mécanismes classiques qui assuraient la surveillance sociale et la solidarité de proximité ont cessé de fonctionner. Les mécanismes sociaux d’apprentissage du contrôle de soi-même et du respect mutuel se délitent ».

Or l’incivilité, dans sa remise en cause des systèmes de valeurs individuel ou collectif, crée une atteinte morale et peut être vécue comme une agression à soi ou au groupe, elle génère un sentiment global d’insécurité.

Que faut-il faire pour lutter contre ces incivilités ?

L’action publique doit apporter des réponses à l’augmentation des actes d’incivilité, nous nous y engageons.

Ce travail passe par trois étapes : communiquer, sensibiliser et réprimer.

Voici quelques exemples des actions possibles :
• Une campagne de sensibilisation ‘’Stop aux incivilités » destinée à informer le grand public et le sensibiliser au respect de l’espace commun ; l’affiche municipale devient ainsi un support d’apprentissage de civisme.
• Montrer aux usagers les conséquences de leurs actes incivils avec des étiquettes géantes apposées aux endroits où les incivilités laissent des traces, elles indiqueront les actions que la collectivité aura eu à engager et leur prix.
• Pour les enfants dans les écoles, travailler sur les notions relatives au respect et aux incivilités. Les amener à réfléchir sur leurs actes et leurs paroles et trouver des solutions pour faciliter le « Vivre ensemble » dans l’établissement.
• Enfin, la répression reste l’ultime solution avec la verbalisation. Elle nécessite la mise en place de personnel municipal qui traque les fautifs. Elle peut également être soutenue par de la vidéo verbalisation.

Aménager un espace public résilient

Il importe aussi que la commune mène une réflexion sur la conception de l’espace public, la robustesse du mobilier urbain, l’aménagement offrant le moins possible de supports aux tags, des espaces faciles à nettoyer et suffisamment ouverts et visibles afin d’éviter les zones cachées où l’on peut dégrader sans être vu. Il est également important de mener une politique en coopération avec la police municipale.
En parallèle, une politique d’entretien, de nettoyage et de réparations rapides et systématiques découragera à terme les « tagueurs » et les incivils de tout genre. Cela permettra de conserver un usage de l’espace par le plus grand nombre.
En outre, un partenariat entre la mairie et les Meylanais permettra d’envisager de manière efficace le nettoyage des tags sur les espaces privés.
Enfin, n’oublions pas qu’il existe une journée de ramassage des déchets chaque année avec l’association des Béalières, et une avec les scouts. Il faudrait généraliser cette pratique à l’ensemble de Meylan, en coordination avec les écoles et les associations de quartiers !